The Han dynasty (206 BCE – 220 CE) was a period of ancient China divided into the Western Han (206 BCE – 9 CE) and Eastern Han (25–220 CE) periods, when the capital cities were located at Chang'an and Luoyang, respectively. It was founded by Emperor Gaozu of Han and briefly interrupted by the regime of Wang Mang (r. 9–23 CE) who usurped the throne from a child Han emperor.

Property Value
dbo:abstract
  • La dynastie Han est une période de l'histoire de la Chine qui débute en 206 av. J.-C, lorsque Han Gaozu fonde la dynastie en montant sur le trône, et s’achève en 220 ap. J.-C, à la fin du règne de Han Xiandi. Elle est elle-même divisée en deux période: Celle des Han occidentaux (西漢) ou Han antérieurs (前漢) (206 av. J.-C. - 9 ap.J.-C), capitale Chang'an, et celle des Han orientaux (東漢) ou Han postérieurs (後漢), (25 - 220), capitale Luoyang. Ces deux périodes sont séparées par la courte dynastie Xin fondée par Wang Mang et qui disparaît après la mort de son fondateur. Les quatre siècles que dure la dynastie Han sont une période de grands progrès économiques, technologiques, culturels et sociaux pour la Chine. Le pays est dirigé par une empereur, qui partage son pouvoir avec un appareil bureaucratique et des nobles dans une situation de semi-féodalité. Les lois, les coutumes, la littérature et l'éducation sont largement inspirés par la philosophie et l'éthique du Confucianisme ; même si l'influence du Légisme et du Taoïsme, présents depuis l'époque de la dynastie Zhou, se font toujours sentir. Ainsi, les lettrés et les nobles qui désirent se mettre au service de l'état, ne peuvent prétendre à un poste officiel que s'ils ont reçu une éducation basée sur les principes de la philosophie de Confucius. C'est sous les Han occidentaux que le lettré Dong Zhongshu (179–104 av. J.-C.) crée une véritable idéologie synthétique du Confucianisme Han, en unifiant le canon officiel du Confucianisme, avec les cycles cosmologiques du Yin et Yang et les cinq éléments du Wuxing La société est hiérarchisée, et le statut social des nobles, fonctionnaires, agriculteurs et artisans est supérieur à celui des humbles marchands. Cependant, malgré ce carcan social, de véritables hommes d'affaires riches et prospères réussissent à amasser des fortunes considérables, qui leur permet de rivaliser en termes de prestige avec les nobles les plus puissants et les officiels de haut rang. Les esclaves sont en bas de l'échelle sociale, mais ne représentent qu'une infime portion de la population totale. Les "invités permanents" existent en plus grand nombre et sont considérés comme faisant partie des "biens" liés à telle ou telle exploitation d'un grand propriétaire terrien. Enfin, les médecins et les occultistes/religieux employés par l'état réussissent à vivre dans la dignité, sans avoir un train de vie démesuré. Quelle que soit leur classe sociale, la plupart des gens vénèrent les dieux d'un panthéon riche et varié, qui donnera naissance avec le temps à la religion traditionnelle chinoise. Dans les premiers temps de la dynastie Han, les taoïstes s'organisent en petits groupes et se concentrent sur la recherche de l'immortalité. Ce n'est que dans la seconde moitié du IIe siècle qu'ils se structurent en une vaste société hiérarchisée, qui voit en Lao Tseu un prophète et concurrence l'autorité impériale. Le foyer-type de la période Han est une maison dans laquelle habite une famille nucléaire de quatre à cinq personnes. Ce ne que quelques siècles plus tard, sous les dynasties suivantes, que la situation change et on l'on se retrouve avec un foyer qui regroupe plusieurs générations sous le même toit, ainsi que les membres de la famille étendue. Ce sont des familles patrilinéaires, qui sont sous la tutelle du père de famille, ou les mariages arrangés sont la norme. Lors de ces mariages, la nouvelle épouse quitte le clan de ses parents et rejoint celui de son époux; ce qui peut provoquer la disparition de clans entiers s'il y a beaucoup de naissances de filles en leur sein. De plus, seuls les descendants de sexe masculin peuvent assurer le culte des ancêtres, ce qui amène la société Han à privilégier la naissance et la survie des garçons aux dépens des filles. Selon les coutumes et la tradition confucéenne, toutes les filles et les femmes doivent, en théorie, obéir passivement à leurs parents de sexe masculins. Dans les faits, les mères ont un statut familial supérieur à celui de leurs fils et de nombreuses femmes sortent de leur domicile pour exercer différentes professions et ce en étant protégée par la loi contre ceux qui voudraient les en empêcher. Au plus haut sommet de l'état, l'impératrice jouit d'un statut supérieur à celui des parents mâles du clan de son époux. Enfin, si jamais l'empereur meurt sans avoir désigné de successeur, l'impératrice douairiére peut choisir le successeur de son fils. (fr)
  • The Han dynasty (206 BCE – 220 CE) was a period of ancient China divided into the Western Han (206 BCE – 9 CE) and Eastern Han (25–220 CE) periods, when the capital cities were located at Chang'an and Luoyang, respectively. It was founded by Emperor Gaozu of Han and briefly interrupted by the regime of Wang Mang (r. 9–23 CE) who usurped the throne from a child Han emperor. The Han dynasty was an age of great economic, technological, cultural, and social progress in China. Its society was governed by an emperor who shared power with an official bureaucracy and semi-feudal nobility. Its laws, customs, literature, and education were largely guided by the philosophy and ethical system of Confucianism, yet the influence of Legalism and Daoism (from the previous Zhou dynasty) could still be seen. Members of the scholarly-gentry class who aspired to hold public office were required to receive a Confucian-based education. A new synthetic ideology of Han Confucianism was created when the scholar Dong Zhongshu (179–104 BCE) united the Confucian canon allegedly edited by Kongzi, or Confucius (551–479 BCE), with cosmological cycles of yin and yang and the Chinese five elements. Although the social status of nobles, officials, farmers, and artisan-craftsmen were considered above the station of the lowly registered merchant, wealthy and successful businessmen acquired huge fortunes which allowed them to rival the social prestige of even the most powerful nobles and highest officials. Slaves were at the bottom of the social order, yet they represented only a tiny portion of the overall population. Retainers attached themselves to the estates of wealthy landowners, while medical physicians and state-employed religious occultists could make a decent living. People of all social classes believed in various deities, spirits, immortals, and demons. While Han Daoists were organized into small groups chiefly concerned with achieving immortality through various means, by the mid 2nd century CE they formed large hierarchical religious societies that challenged imperial authority and viewed Laozi (fl. 6th century BCE) as a holy prophet. The typical Han-era Chinese household contained a nuclear family with an average of four to five members, unlike in later dynasties when multiple generations and extended family members commonly lived in the same household. Families were patrilineal, which made the father the supreme head of the house. Arranged marriages were the norm, while a new wife was expected to join the clan of her husband. Having sons over daughters was considered extremely important for the sake of carrying on ancestor worship. Although girls and women were expected by custom and Confucian tradition to behave passively towards their male relatives, mothers were given a familial status above that of their sons. Women also engaged in various professions in and outside of the home and were given protection under the law. The empress was superior in status to the male relatives of her consort clan, while the mother of the emperor—the empress dowager—had the authority to override his decisions and choose his successor (if one had not been appointed before his death). (en)
dbo:thumbnail
dbo:wikiPageExternalLink
dbo:wikiPageID
  • 21786810 (xsd:integer)
dbo:wikiPageRevisionID
  • 744804488 (xsd:integer)
dbp:nativeName
  • Murals of the Dahuting Tomb of the late Eastern Han Dynasty , located in Zhengzhou, Henan province, China, showing scenes of daily life.
  • Chinese ceramic figurines of the Eastern Han period, exhibits from the Sichuan Provincial Museum, Chengdu, Sichuan, China
dct:subject
http://purl.org/linguistics/gold/hypernym
rdf:type
rdfs:comment
  • The Han dynasty (206 BCE – 220 CE) was a period of ancient China divided into the Western Han (206 BCE – 9 CE) and Eastern Han (25–220 CE) periods, when the capital cities were located at Chang'an and Luoyang, respectively. It was founded by Emperor Gaozu of Han and briefly interrupted by the regime of Wang Mang (r. 9–23 CE) who usurped the throne from a child Han emperor. (en)
  • La dynastie Han est une période de l'histoire de la Chine qui débute en 206 av. J.-C, lorsque Han Gaozu fonde la dynastie en montant sur le trône, et s’achève en 220 ap. J.-C, à la fin du règne de Han Xiandi. Elle est elle-même divisée en deux période: Celle des Han occidentaux (西漢) ou Han antérieurs (前漢) (206 av. J.-C. - 9 ap.J.-C), capitale Chang'an, et celle des Han orientaux (東漢) ou Han postérieurs (後漢), (25 - 220), capitale Luoyang. Ces deux périodes sont séparées par la courte dynastie Xin fondée par Wang Mang et qui disparaît après la mort de son fondateur. (fr)
rdfs:label
  • Société et culture sous la dynastie Han (fr)
  • Society and culture of the Han dynasty (en)
rdfs:seeAlso
owl:sameAs
prov:wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbo:wikiPageRedirects of
is foaf:primaryTopic of