The Ferme générale (French pronunciation: ​[fɛʁm ʒeneʁal]) was, in ancien régime France, essentially an outsourced customs, excise and indirect taxs operation which collected duties on behalf of the King (plus hefty bonus fees for themselves), under renewable six-year contracts. The major tax collectors in that unfair, and therefore highly unpopular tax farming system were known as the fermiers généraux, which would be tax farmers-general in English.

Property Value
dbo:abstract
  • The Ferme générale (French pronunciation: ​[fɛʁm ʒeneʁal]) was, in ancien régime France, essentially an outsourced customs, excise and indirect taxs operation which collected duties on behalf of the King (plus hefty bonus fees for themselves), under renewable six-year contracts. The major tax collectors in that unfair, and therefore highly unpopular tax farming system were known as the fermiers généraux, which would be tax farmers-general in English. In the 17th and 18th centuries the fermiers généraux became immensely rich and figure prominently in the history of cultural patronage, as supporters of French music, major collectors of paintings and sculpture, patrons of the marchands-merciers and consumers of the luxury arts in the vanguard of Parisian fashions. In his 1833 novel Ferragus, writer Honoré de Balzac attributes the sad air that hangs about the Île Saint-Louis in central Paris to the many houses there owned by fermiers généraux. Their sons or grandsons purchased patents of nobility and their daughters often married into the aristocracy. Especially members of impoverished aristocratic families were eager to marry daughters of the fermiers généraux in order to restore the wealth they had prior to their ruin. This was called in popular French redorer son blason (literally "to re-plate one's coat of armours with gold"). (en)
  • La Ferme générale est la jouissance d'une partie des revenus du roi de France, consentie par ce dernier, sous certaines conditions, à un adjudicataire dont les cautions forment la Compagnie des fermiers généraux. Créée par Louis XIV, à l'initiative de Colbert en 1680, l'institution avait pour vocation de prendre en charge la recette des impôts indirects, droits de douane, droits d'enregistrement et produits domaniaux. Par extension, la Ferme Générale est le corps de financiers qui prend à ferme les revenus du roi ; ils ne sont donc pas de simples banquiers, mais également des gestionnaires de l'impôt. La Ferme n'assura pleinement l'ensemble de ces fonctions qu'entre 1726 et 1790. Les dirigeants et actionnaires de cette compagnie financière chargée du recouvrement de l'impôt sont appelés les « fermiers généraux ». L'établissement de la Ferme générale est l'aboutissement d'un mouvement de concentration qui avait commencé sous le règne d'Henri IV. À l'origine les Fermes étaient très morcelées. Chaque nature de taxes faisait l'objet d'un bail distinct par province, bailliage voire prévôté. Tout était amodié jusqu'au revenu des cures et des greffes de tabellion. Du fait de cet émiettement, le pouvoir royal n'était pas à même d'apprécier à la valeur de ce qu'il amodiait. Les baux étaient le plus souvent consentis pour des prix dérisoires et les adjudicataires réalisaient des bénéfices énormes. Par ailleurs, le plus souvent, pour ne pas avoir les soucis de la gestion, ils rétrocédaient le bail à des sous-fermiers dans des conditions financières beaucoup plus exigeantes, qui pour s'assurer un bénéfice appliquaient les tarifs avec une extrême rigueur et souvent excès ce qui a grandement contribué à l'impopularité de l'institution. C'est pour mettre un terme à ces abus et permettre au trésor royal des rentrées plus substantielles, que Sully s'attache à partir de 1599 au regroupement des Fermes qui n'aboutira qu'en 1604. À partir des années 1670, s'amorce un mouvement de regroupement des baux consentis antérieurement qui débouche sur l'acte fondateur de la Ferme Générale en mai 1680. Par un arrêt du Conseil du Roi du 20 juin 1680 un bail unique est consenti au sieur Fauconnet. Ce bail marque le début véritable de la Ferme Générale, quand bien même, à peine consenti, il est remis en question. En mars 1693, en effet, l'édit qui soumet tous les actes notariés à la formalité de l’enregistrement dans les 15 jours de leur rédaction, débouche sur un bail distinct de la Ferme. Le besoin de compétences et de connaissance juridique pour exercer cet office conduit à en confier la gestion à une Ferme particulière (Bail Augustin Bonnel du 1er mars 1693). En 1705 les droits d’insinuation et de contrôle sont réunis dans un bail unique (Bail Chaplet de 1705). Cette fusion donne naissance à l’administration de l’enregistrement, qui ne relèvera de la Ferme Générale qu’à partir de 1726. Les difficultés récurrentes du Trésor Royal et les expédients mis en œuvre par Louis XIV pour trouver des ressources immédiates, débouchèrent sur une période confuse jusqu'à la fin du règne. Le système recommença à fonctionner avec la Compagnie des Indes, mais la banqueroute de Law, puis la faillite de la Compagnie amenèrent la royauté à constituer de nouvelles régies distinctes. En 1726 le Cardinal Fleury rétablit le bail unique au profit de la Ferme qui fonctionnera dans ce cadre jusqu'en 1780. En 1780 Necker démembre la Ferme générale qui ne conserve que la perception des traites, des gabelles et des produits du tabac. Les Aides et Traites intérieures sont abolies en octobre 1790 et la gabelle le 20 mars 1791, de facto la Régie des Aides et la Ferme générale n'existent plus. Trois ans plus tard, s'ensuivit une série de procès et d'exécutions. (fr)
  • Die Ferme générale (sinngemäß übersetzt Generalfinanzpachtamt des Königreiches) war eine im absolutistischen Frankreich von Jean-Baptiste Colbert im Jahre 1681 gegründete Institution, deren Zweck in der Erhebung von Steuerpachten bestand. Colbert war 1668 von Louis XIV zum Staatssekretär des Königlichen Haushalts (Secrétaire d’État à la Maison) ernannt worden. Bis zu diesem Zeitpunkt bestanden verschiedene Pachten nebeneinander. Unter der Regentschaft von Louis XV wurden im Jahre 1728 die bisher einzelnen Pachtungen nach deren Vereinigung zur ferme générale auf sechs Jahre an 40 Mitglieder verteilt. Ab dem Jahre 1755 waren es 60 Mitglieder. Die ferme générale erwirtschaftete immerhin fast die Hälfte der Staatseinnahmen des Ancien Régime. (de)
  • La Ferme era una modalità di riscossione delle tasse in vigore in Francia prima della rivoluzione del 1789 (ma, sia pure con termini e/o tipologie di imposte un po' diversi, vigente in tutt'Europa, Italia inclusa ove ne rimarranno ancora alcuni casi fino agli anni '70), trasformatasi nel 1726 in una Società finanziaria (Ferme générale). La Ferme ebbe origine ai tempi di Filippo il Bello e fu abolita dalla Rivoluzione francese. (it)
  • Ferme générale – początkowo nieformalna, a od 1726 roku formalna organizacja zrzeszająca dzierżawców generalnych zbierających podatki dla państwa. Dzierżawcy płacili państwu na bieżące potrzeby finansowe, po czym odzyskiwali pieniądze przeprowadzając zbiórkę podatków. Każdy dzierżawca miał określony obszar, z którego mógł zbierać podatki. Samo francuskie przedrewolucyjne państwo nie miało dość urzędników, by zebrać podatki bezpośrednio z wszystkich ziem. Najbardziej znani z francuskich dzierżawców generalnych to: Charles François Le Normant de Tournehem (1684–1751) i Alexandre-Jean-Joseph Le Riche de La Popeliniere (1692–1762), patron filozofów i kompozytora Jeana Philippe’a Rameau (1683–1764). Pod koniec swych rządów król Prus Fryderyk Wielki wprowadził francuski system i francuskich dzierżawców do swego kraju. Zarówno we Francji jak i w Prusach dzierżawcy generalni byli przez lud znienawidzeni. (pl)
  • «Генера́льный (главный, всеобщий) о́ткуп» (фр. Ferme générale) — во Франции старого режима компания финансистов, которая в 1726 году получила по договору право сбора королевских податей и других косвенных налогов на откуп (в аренду). Договор возобновлялся каждые 6 лет. В 1789 году все генеральные откупщики вместе внесли в казну всего 46 млн ливров; между тем известно, что доходы их доходили в 1728 году до 80 млн, в 1762 году — 126 млн, в 1789 году — 138 млн ливров. Понятно, что общество относилось к их хозяйничанью крайне враждебно, и революция тотчас же их отменила, а революционный трибунал 19 флореаля II года (8 мая 1794 года) приговорил всех откупщиков (31 человека) к смерти, кроме одного, вычеркнутого Робеспьером из списка, и приговор был приведен в исполнение. Среди казнённых был откупщик Лавуазье, ныне считающийся основателем современной химии. (ru)
dbo:wikiPageID
  • 917046 (xsd:integer)
dbo:wikiPageRevisionID
  • 743278908 (xsd:integer)
dct:subject
rdf:type
rdfs:comment
  • La Ferme era una modalità di riscossione delle tasse in vigore in Francia prima della rivoluzione del 1789 (ma, sia pure con termini e/o tipologie di imposte un po' diversi, vigente in tutt'Europa, Italia inclusa ove ne rimarranno ancora alcuni casi fino agli anni '70), trasformatasi nel 1726 in una Società finanziaria (Ferme générale). La Ferme ebbe origine ai tempi di Filippo il Bello e fu abolita dalla Rivoluzione francese. (it)
  • The Ferme générale (French pronunciation: ​[fɛʁm ʒeneʁal]) was, in ancien régime France, essentially an outsourced customs, excise and indirect taxs operation which collected duties on behalf of the King (plus hefty bonus fees for themselves), under renewable six-year contracts. The major tax collectors in that unfair, and therefore highly unpopular tax farming system were known as the fermiers généraux, which would be tax farmers-general in English. (en)
  • Die Ferme générale (sinngemäß übersetzt Generalfinanzpachtamt des Königreiches) war eine im absolutistischen Frankreich von Jean-Baptiste Colbert im Jahre 1681 gegründete Institution, deren Zweck in der Erhebung von Steuerpachten bestand. Colbert war 1668 von Louis XIV zum Staatssekretär des Königlichen Haushalts (Secrétaire d’État à la Maison) ernannt worden. Bis zu diesem Zeitpunkt bestanden verschiedene Pachten nebeneinander. (de)
  • La Ferme générale est la jouissance d'une partie des revenus du roi de France, consentie par ce dernier, sous certaines conditions, à un adjudicataire dont les cautions forment la Compagnie des fermiers généraux. Créée par Louis XIV, à l'initiative de Colbert en 1680, l'institution avait pour vocation de prendre en charge la recette des impôts indirects, droits de douane, droits d'enregistrement et produits domaniaux. L'établissement de la Ferme générale est l'aboutissement d'un mouvement de concentration qui avait commencé sous le règne d'Henri IV. (fr)
  • Ferme générale – początkowo nieformalna, a od 1726 roku formalna organizacja zrzeszająca dzierżawców generalnych zbierających podatki dla państwa. Dzierżawcy płacili państwu na bieżące potrzeby finansowe, po czym odzyskiwali pieniądze przeprowadzając zbiórkę podatków. Każdy dzierżawca miał określony obszar, z którego mógł zbierać podatki. Samo francuskie przedrewolucyjne państwo nie miało dość urzędników, by zebrać podatki bezpośrednio z wszystkich ziem. (pl)
  • «Генера́льный (главный, всеобщий) о́ткуп» (фр. Ferme générale) — во Франции старого режима компания финансистов, которая в 1726 году получила по договору право сбора королевских податей и других косвенных налогов на откуп (в аренду). Договор возобновлялся каждые 6 лет. (ru)
rdfs:label
  • Ferme générale (en)
  • Ferme générale (de)
  • Ferme générale (fr)
  • Ferme (it)
  • Ferme générale (pl)
  • Генеральный откуп (ru)
owl:sameAs
prov:wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbo:wikiPageRedirects of
is dbp:shipNamesake of
is owl:sameAs of
is foaf:primaryTopic of