Violence in Buddhism refers to acts of violence and aggression committed by Buddhists with religious, political, and socio-cultural motivations. Buddhism is generally seen as among the religious traditions least associated with violence, but in the history of Buddhism there have been acts of violence directed, fomented or inspired by Buddhists.

Property Value
dbo:abstract
  • Bouddhisme et violence sont, par rapport à l'idéal de non-violence et de compassion associé au bouddhisme, des concepts a priori contradictoires. Ainsi, dans sa doctrine originelle, Gautama Bouddha enseignait de « renoncer à toute violence envers les êtres vivants, mobiles et immobiles », et des figures médiatiques telles que le 14e dalaï-lama et Thich Nhat Hanh véhiculent l'image d'une « doctrine pacifique ». Pourtant, selon l’historien des religions Bernard Faure, auteur du livre Bouddhisme et violence, à l'étude des faits historiques, il y a bien eu depuis plusieurs siècles et dans différents pays, des formes de violences bouddhistes pour « s'adapter aux divers contextes culturels et sociopolitiques ». Depuis les années 2010, des violences contre des musulmans sont suscitées par des groupes extrémistes anti-musulmans, tels que le Mouvement 969 en Birmanie et le Bodu Bala Sena au Sri Lanka. Le 14e dalaï-lama appelle ces mouvements à la non-violence. Pour le professeur Michael Jerryson, dans l'histoire du bouddhisme, en 2 500 ans, il y a eu de nombreux cas de violence provoqué par des individus ou des structures bouddhiques. Selon Bernard Faure : « Parce que les bouddhistes ont fait de la compassion et de la non-violence leur marque déposée, le rapport compliqué (et parfois ambigu) du bouddhisme à la violence a suscité plus de questions que dans le cas des autres religions. [...] Par sa nature même, l’exercice qui consiste à recenser les formes de violence assignables au bouddhisme conduit à forcer le trait, et risque de donner l’impression d’un bouddhisme plus violent qu’il ne l’est en réalité. Précisément parce que le bouddhisme est contraint – par la force des choses – de demeurer en deçà de son idéal de non-violence. » (fr)
  • Violence in Buddhism refers to acts of violence and aggression committed by Buddhists with religious, political, and socio-cultural motivations. Buddhism is generally seen as among the religious traditions least associated with violence, but in the history of Buddhism there have been acts of violence directed, fomented or inspired by Buddhists. (en)
dbo:wikiPageID
  • 38967444 (xsd:integer)
dbo:wikiPageRevisionID
  • 744109120 (xsd:integer)
dct:subject
rdf:type
rdfs:comment
  • Violence in Buddhism refers to acts of violence and aggression committed by Buddhists with religious, political, and socio-cultural motivations. Buddhism is generally seen as among the religious traditions least associated with violence, but in the history of Buddhism there have been acts of violence directed, fomented or inspired by Buddhists. (en)
  • Bouddhisme et violence sont, par rapport à l'idéal de non-violence et de compassion associé au bouddhisme, des concepts a priori contradictoires. Ainsi, dans sa doctrine originelle, Gautama Bouddha enseignait de « renoncer à toute violence envers les êtres vivants, mobiles et immobiles », et des figures médiatiques telles que le 14e dalaï-lama et Thich Nhat Hanh véhiculent l'image d'une « doctrine pacifique ». Pourtant, selon l’historien des religions Bernard Faure, auteur du livre Bouddhisme et violence, à l'étude des faits historiques, il y a bien eu depuis plusieurs siècles et dans différents pays, des formes de violences bouddhistes pour « s'adapter aux divers contextes culturels et sociopolitiques ». Depuis les années 2010, des violences contre des musulmans sont suscitées par des gro (fr)
rdfs:label
  • Buddhism and violence (en)
  • Bouddhisme et violence (fr)
rdfs:seeAlso
owl:sameAs
prov:wasDerivedFrom
foaf:isPrimaryTopicOf
is dbo:wikiPageRedirects of
is foaf:primaryTopic of