علي باي بن حسين أو علي باشا باي أو علي باي أو علي باي الثالث هو باي تونس من 29 أكتوبر 1882 إلى 11 جوان 1902، وهو الباي الثالث عشر من البايات الحسينيين بتونس.

Property Value
dbo:abstract
  • علي باي بن حسين أو علي باشا باي أو علي باي أو علي باي الثالث هو باي تونس من 29 أكتوبر 1882 إلى 11 جوان 1902، وهو الباي الثالث عشر من البايات الحسينيين بتونس. (ar)
  • Ali III ibn al-Husayn o Ali Mudd ibn al-Husayn (árabe أبو الحسن علي باشا باي بن الحسين,) Túnez 14 de agosto de 1817 - La Marsa 11 de junio de 1902.Fue bey de Túnez de la dinastía husaynita de Túnez de 1882 a 1902. Era hijo de al-Husayn II ibn Mahmud. Fue declarado príncipe heredero el 23 de agosto de 1863 al morir el heredero, su hermano Abu Muhammad Hammudi Bey y el mismo día recibió el grado de general de división del ejército otomano. Sucedió a su hermano Muhammad III al-Sadik cuando éste murió el 28 de octubre de 1882. El mismo día fue nombrado mariscal de campo del ejército otomano. Nombró gran visir a Aziz Buattour (octubre de 1882). Firmó con Paul Cambon, representante francés, la convención de la Marsa, el 8 de junio de 1883, que estableció de facto el protectorado, y en la que renunció a sus poderes soberanos pero conservando la autoridad nominal. En adelante los beyes ya no gozaron de poder efectivo. Ali Mudat murió el 11 de junio de 1902, y le sucedió su hijo Muhammad IV al-Hadi. (es)
  • Ali III, nom francisé de Ali ben Hussein Bey (أبو الحسن علي باشا باي بن الحسين), né le 14 août 1817 à La Marsa et décédé le 11 juin 1902 à La Marsa, est bey de Tunis de la dynastie des Husseinites de 1882 à sa mort. Investi comme prince héritier le 23 août 1863, son frère Sadok Bey le nomme général de division, de par sa fonction, et le place à la tête de la colonne armée qui parcourt l'arrière-pays tunisien, la mhalla, pour réaffirmer le pouvoir beylical dans les régions reculées, rendre la justice au nom du souverain et percevoir les impôts des tribus. Bon cavalier, Ali Bey se charge personnellement de cette tâche avec assiduité deux fois par an, l'été au nord du pays, à Béja puis Le Kef, l'hiver au sud, à Kairouan et jusqu'aux oasis du Sahara tunisien. Il parvient à gagner le respect des chefs de tribus. Durant la révolte de la mejba, en 1864, devant l'inefficacité de son frère qui se réfugie au Bardo, Ali Bey mate la révolte des tribus séditieuses au côté des généraux Ahmed Zarrouk, Rustum et Osman. Au lendemain de l'invasion de la Tunisie et de la signature du traité du Bardo en 1881, il succède à son frère, Sadok Bey, le 29 octobre 1882 et devient maréchal de l'armée ottomane à titre honorifique, la Tunisie étant toujours nominalement une province ottomane. Son premier acte en tant que souverain est d'accepter la démission du vieux mamelouk de son père, le ministre Mohammed Khaznadar, et de nommer à sa place, pour la première fois dans l'histoire du pays, un grand vizir autochtone, Mohammed Aziz Bouattour. Il signe le 8 juin 1883, aux côtés de Cambon, les conventions de la Marsa dans lesquelles il renonce officiellement à ses pouvoirs tout en conservant son autorité nominale, le pays étant encore occupé par le corps expéditionnaire du général Forgemol. Toutes les administrations du pays, en plus de l'armée, de la police et des affaires étrangères, passent aux mains de la puissance coloniale. Le 5 avril 1885, à la suite d'une manifestation nationaliste, il reçoit dans son palais de La Marsa la délégation des notables des souks et des anciennes autorités de la ville de Tunis. Ils réclament la révision du nouveau code municipal et l'annulation des premières mesures du protectorat français. Plus populaire que son frère Sadok, l'émotion du vieux souverain est à la hauteur de son impuissance ; il répond aux manifestants : « Vous venez pleurer dans la maison des larmes ». La répression s'abat sur les leaders de la manifestation sans que le bey ne puisse intervenir. Il finit sa vie de plus en plus retiré des affaires de l'État. Enterré au mausolée du Tourbet El Bey, situé dans la médina de Tunis, c'est son fils Hédi Bey qui lui succède. (fr)
  • علي باي بن حسين أو علي باشا باي أو علي باي أو علي باي الثالث هو باي تونس من 29 أكتوبر 1882 إلى 11 جوان 1902، وهو الباي الثالث عشر من البايات الحسينيين بتونس. (ar)
  • Ali III ibn al-Husayn o Ali Mudd ibn al-Husayn (árabe أبو الحسن علي باشا باي بن الحسين,) Túnez 14 de agosto de 1817 - La Marsa 11 de junio de 1902.Fue bey de Túnez de la dinastía husaynita de Túnez de 1882 a 1902. Era hijo de al-Husayn II ibn Mahmud. Fue declarado príncipe heredero el 23 de agosto de 1863 al morir el heredero, su hermano Abu Muhammad Hammudi Bey y el mismo día recibió el grado de general de división del ejército otomano. Sucedió a su hermano Muhammad III al-Sadik cuando éste murió el 28 de octubre de 1882. El mismo día fue nombrado mariscal de campo del ejército otomano. Nombró gran visir a Aziz Buattour (octubre de 1882). Firmó con Paul Cambon, representante francés, la convención de la Marsa, el 8 de junio de 1883, que estableció de facto el protectorado, y en la que renunció a sus poderes soberanos pero conservando la autoridad nominal. En adelante los beyes ya no gozaron de poder efectivo. Ali Mudat murió el 11 de junio de 1902, y le sucedió su hijo Muhammad IV al-Hadi. (es)
  • Ali III, nom francisé de Ali ben Hussein Bey (أبو الحسن علي باشا باي بن الحسين), né le 14 août 1817 à La Marsa et décédé le 11 juin 1902 à La Marsa, est bey de Tunis de la dynastie des Husseinites de 1882 à sa mort. Investi comme prince héritier le 23 août 1863, son frère Sadok Bey le nomme général de division, de par sa fonction, et le place à la tête de la colonne armée qui parcourt l'arrière-pays tunisien, la mhalla, pour réaffirmer le pouvoir beylical dans les régions reculées, rendre la justice au nom du souverain et percevoir les impôts des tribus. Bon cavalier, Ali Bey se charge personnellement de cette tâche avec assiduité deux fois par an, l'été au nord du pays, à Béja puis Le Kef, l'hiver au sud, à Kairouan et jusqu'aux oasis du Sahara tunisien. Il parvient à gagner le respect des chefs de tribus. Durant la révolte de la mejba, en 1864, devant l'inefficacité de son frère qui se réfugie au Bardo, Ali Bey mate la révolte des tribus séditieuses au côté des généraux Ahmed Zarrouk, Rustum et Osman. Au lendemain de l'invasion de la Tunisie et de la signature du traité du Bardo en 1881, il succède à son frère, Sadok Bey, le 29 octobre 1882 et devient maréchal de l'armée ottomane à titre honorifique, la Tunisie étant toujours nominalement une province ottomane. Son premier acte en tant que souverain est d'accepter la démission du vieux mamelouk de son père, le ministre Mohammed Khaznadar, et de nommer à sa place, pour la première fois dans l'histoire du pays, un grand vizir autochtone, Mohammed Aziz Bouattour. Il signe le 8 juin 1883, aux côtés de Cambon, les conventions de la Marsa dans lesquelles il renonce officiellement à ses pouvoirs tout en conservant son autorité nominale, le pays étant encore occupé par le corps expéditionnaire du général Forgemol. Toutes les administrations du pays, en plus de l'armée, de la police et des affaires étrangères, passent aux mains de la puissance coloniale. Le 5 avril 1885, à la suite d'une manifestation nationaliste, il reçoit dans son palais de La Marsa la délégation des notables des souks et des anciennes autorités de la ville de Tunis. Ils réclament la révision du nouveau code municipal et l'annulation des premières mesures du protectorat français. Plus populaire que son frère Sadok, l'émotion du vieux souverain est à la hauteur de son impuissance ; il répond aux manifestants : « Vous venez pleurer dans la maison des larmes ». La répression s'abat sur les leaders de la manifestation sans que le bey ne puisse intervenir. Il finit sa vie de plus en plus retiré des affaires de l'État. Enterré au mausolée du Tourbet El Bey, situé dans la médina de Tunis, c'est son fils Hédi Bey qui lui succède. (fr)
dbo:birthDate
  • 1817-8-14
dbo:birthPlace
dbo:deathDate
  • 1902-6-11
dbo:deathPlace
dbo:thumbnail
dbo:wikiPageID
  • 1272234 (xsd:integer)
dbo:wikiPageRevisionID
  • 741472618 (xsd:integer)
dbp:after
dbp:before
dbp:title
dbp:years
  • 1882 (xsd:integer)
dct:description
  • Ruler of Tunisia 1882-1902 (en)
dct:subject
http://purl.org/linguistics/gold/hypernym
rdf:type
rdfs:comment
  • علي باي بن حسين أو علي باشا باي أو علي باي أو علي باي الثالث هو باي تونس من 29 أكتوبر 1882 إلى 11 جوان 1902، وهو الباي الثالث عشر من البايات الحسينيين بتونس. (ar)
  • Ali III ibn al-Husayn o Ali Mudd ibn al-Husayn (árabe أبو الحسن علي باشا باي بن الحسين,) Túnez 14 de agosto de 1817 - La Marsa 11 de junio de 1902.Fue bey de Túnez de la dinastía husaynita de Túnez de 1882 a 1902. Era hijo de al-Husayn II ibn Mahmud. Firmó con Paul Cambon, representante francés, la convención de la Marsa, el 8 de junio de 1883, que estableció de facto el protectorado, y en la que renunció a sus poderes soberanos pero conservando la autoridad nominal. En adelante los beyes ya no gozaron de poder efectivo. (es)
  • Ali III, nom francisé de Ali ben Hussein Bey (أبو الحسن علي باشا باي بن الحسين), né le 14 août 1817 à La Marsa et décédé le 11 juin 1902 à La Marsa, est bey de Tunis de la dynastie des Husseinites de 1882 à sa mort. Au lendemain de l'invasion de la Tunisie et de la signature du traité du Bardo en 1881, il succède à son frère, Sadok Bey, le 29 octobre 1882 et devient maréchal de l'armée ottomane à titre honorifique, la Tunisie étant toujours nominalement une province ottomane. (fr)
  • علي باي بن حسين أو علي باشا باي أو علي باي أو علي باي الثالث هو باي تونس من 29 أكتوبر 1882 إلى 11 جوان 1902، وهو الباي الثالث عشر من البايات الحسينيين بتونس. (ar)
  • Ali III ibn al-Husayn o Ali Mudd ibn al-Husayn (árabe أبو الحسن علي باشا باي بن الحسين,) Túnez 14 de agosto de 1817 - La Marsa 11 de junio de 1902.Fue bey de Túnez de la dinastía husaynita de Túnez de 1882 a 1902. Era hijo de al-Husayn II ibn Mahmud. Firmó con Paul Cambon, representante francés, la convención de la Marsa, el 8 de junio de 1883, que estableció de facto el protectorado, y en la que renunció a sus poderes soberanos pero conservando la autoridad nominal. En adelante los beyes ya no gozaron de poder efectivo. (es)
  • Ali III, nom francisé de Ali ben Hussein Bey (أبو الحسن علي باشا باي بن الحسين), né le 14 août 1817 à La Marsa et décédé le 11 juin 1902 à La Marsa, est bey de Tunis de la dynastie des Husseinites de 1882 à sa mort. Au lendemain de l'invasion de la Tunisie et de la signature du traité du Bardo en 1881, il succède à son frère, Sadok Bey, le 29 octobre 1882 et devient maréchal de l'armée ottomane à titre honorifique, la Tunisie étant toujours nominalement une province ottomane. (fr)
rdfs:label
  • علي باي الثالث (ar)
  • Ali III ibn al-Husayn (en)
  • Ali Muddat ibn al-Husayn (es)
  • Ali III Bey (fr)
  • Ali Muddat ibn al-Husayn (it)
owl:sameAs
prov:wasDerivedFrom
foaf:depiction
foaf:gender
  • male (en)
foaf:givenName
  • Ali (en)
foaf:isPrimaryTopicOf
foaf:name
  • Ali III ibn al-Husayn (en)
is dbo:wikiPageRedirects of
is dbp:before of
is foaf:primaryTopic of